- Lorsque chaque petite action semble être une montagne. De l’accompagnement dans la reprise graduelle de vos occupations et de vos routines -

DÉPRESSION

Les symptômes dépressifs peuvent notamment se manifester dans le contexte d’un trouble dépressif caractérisé (dépression majeure), d’une dysthymie, d’un trouble bipolaire, d’un trouble cyclothymique (DSM-V) ou d’un épuisement professionnel.

Aperçu des impacts fonctionnels

Plus spécifiquement, dans la dépression, les symptômes dépressifs comprennent des manifestations telles qu’une humeur dépressive (ex : tristesse, irritabilité, etc.) et une perturbation de l’intérêt, du plaisir, de la motivation, de la concentration, du sommeil, du poids/appétit, de l’énergie (fatigue) et de l’estime de soi (DSM-V).

La personne qui présente des symptômes dépressifs vit un désengagement dans ses occupations quotidiennes, lequel est proportionnel à l’intensité des symptômes présents.

Par exemple, dans la dépression majeure, la personne présente généralement des atteintes fonctionnelles qui limitent l’ensemble des sphères de sa vie, allant de la vie professionnelle (ex : arrêt de travail) jusqu’aux occupations de soins personnels (ex : hygiène personnelle et domestique diminuées). En effet, des symptômes tels que l’irritabilité, le manque d’énergie, l’hypersomnie, la perte d’intérêt et de plaisir, l’atteinte de la motivation, la faible estime de soi, etc. limitent la capacité de la personne à s’engager dans la plupart des occupations de son quotidien. Chaque tâche du quotidien peut représenter une montagne.

De l’autre côté du continuum, la personne qui présente des symptômes plus légers, peut être en mesure de maintenir un emploi, de vaquer à ses responsabilités domestiques et de s’occuper de sa personne. Par ailleurs, plusieurs sphères occupationnelles seront désengagées, dont les loisirs et la sphère sociale. La personne accomplit ses occupations quotidiennes, mais sa relation avec le plaisir, son estime personnelle et sa motivation (par exemple) sont fragilisés de sorte qu’elle est peu engagée dans ses occupations : elle les accomplit, mais elle n’en tire pas profit et celles-ci sont peu porteuses de sens à ses yeux.

Aperçu du processus en ergothérapie

Outre les interventions préventives telles que celles comprises dans le volet Optimisation, les interventions en ergothérapie visent à amener à personne à se réengager, graduellement, dans des occupations signifiantes – à l’amener à reconstruire ses routines et à reprendre les occupations qui sont importantes pour elle.

Plus spécifiquement, nous nous intéresserons aux occupations qui sont source de plaisir, de valorisation, de détente, etc., car l’aptitude de la personne à ressentir le plaisir, à se détendre et à se valoriser sont souvent altérées.

Au départ, la personne est amenée à réfléchir au sens de ses occupations, à leurs fonctions. Elle est amenée à identifier quel est le plus petit pas qu’elle peut entreprendre dans la reprise d’une occupation qui sera positive dans son quotidien. Puis, progressivement, elle est amenée à reprendre les reines de son quotidien.

Les interventions en ergothérapie comprennent entre autres des réflexions quant au lien entre les symptômes psychologiques et les occupations, des enseignements sur la maladie et la gestion des symptômes, l’intégration de routines, de principes d’économie d’énergie et de stratégies d’organisation, la construction d’un réseau de soutien, l’exploration des ressources personnelles et environnementales, l’exploration de la relation avec le plaisir, les questionnements quant à l’estime personnelle, etc.