- Quand nos pensées ont raison de nous. Allez au-delà de vos angoisses en reprenant des occupations que vous aviez auparavant délaissées -

TROUBLES ANXIEUX

Les troubles anxieux sont des troubles caractérisés par la présence d’une peur et d’une anxiété excessive ainsi que des perturbations comportementales qui leurs sont associées (DSM-V).

Ils comprennent notamment le trouble d’anxiété généralisée, les phobies spécifiques, la phobie sociale, le trouble panique et l’agoraphobie, lesquels sont souvent comorbides entre eux (DSM-V).

Aperçu des impacts fonctionnels

La personne qui présente un trouble anxieux présente des préoccupations envahissantes (ex : peur de manquer de temps, peur d’être jugée, stress de performance, phobies, peur de la maladie/accidents, anticipation d’attaques de panique, etc.) qui l’amènent à adopter des comportements d’évitement, lesquels limitent l’engagement dans certaines occupations.

Ainsi, certaines occupations sont délaissées, de même que les fonctions qui leurs étaient associées (ex : plaisir, valorisation, rémunération, relaxation, santé, etc.).

Par exemple, les loisirs et les saines habitudes de vie sont fréquemment mises de côté, détériorant la relation avec le plaisir, nuisant au maintien du réseau social et supprimant certains facteurs de protection (ex : sommeil, alimentation, activité physique, etc.) – trois élément qui rendent la personne plus vulnérable aux troubles de santé mentale.

La vie professionnelle peut aussi être affectée, notamment par les symptômes de fatigue liés au stress chronique, par une tendance perfectionniste affectant le rendement ou encore en raison d’un taux d’absentéisme plus élevé.

La diversité occupationnelle s’appauvrit et le quotidien devient peu signifiant. La relation avec le plaisir ainsi que l’estime de soi peuvent par conséquent se détériorer et entraîner des symptômes dépressifs, lesquels accentuent les atteintes fonctionnelles déjà présentes, parfois jusqu’à mener à la dépression majeure.

Aperçu du processus en ergothérapie

Les interventions en ergothérapie visent à amener la personne à réfléchir aux fonctions des occupations qui composent son quotidien (ex : sont-elles porteuses de sens, cohérentes avec les valeurs et l’identité, sources de plaisir, de détente, de valorisation, etc.), ainsi qu’à l’impact de l’évitement des occupations qui ont été délaissées, pour finalement réfléchir à ce qu’elle souhaite pour son avenir – à son quotidien idéal.

L’objectif en ergothérapie est d’amener la personne à se réengager dans des occupations signifiantes – et pour se faire, elle devra adresser ses symptômes psychologiques. Notamment, les objectifs peuvent concerner les loisirs, l’emploi ou la sphère personnelle.

Il s’agit d’un processus de développement personnel où l’ergothérapeute offre soutien et conseils basés sur les bonnes pratiques et où l’individu est le réel expert de sa situation bien unique.

Les stratégies d’interventions incluent entres-autres l’acceptation, les enseignements sur la maladie, la restructuration cognitive, la pleine conscience, les stratégies d’organisation, l’exposition, les principes de gestion du stress et des émotions, la construction d’un réseau social soutenant, l’exploration de stratégies de relaxation, la diminution des stresseurs quotidiens et la mise en place de saines habitudes de vie (ex : sommeil, alimentation, pauses et activité physique, etc.).